La Belle Image

Posted on 12 novembre 2011

2



Visiter sa propre vie avec le visage d’un autre, c’est ce qui arrive à Raoul, héros de « La Belle Image », bande déssinée de Cyril Bonin, d’après le roman de Marcel Aymé.

Raoul se retrouve en un clin d’oeil doté d’un visage différent du sien, changement troublant certes, mais Raoul aurait pu plus mal tomber… Son visage est plus jeune et plus séduisant, beaucoup plus séduisant, tant et si bien, que les femmes se retournent pour la première fois sur son passage. Quel succès !

Cependant, une femme ne le reconnaît pas. Sa femme. C’est embêtant. D’ailleurs, craignant l’incrédulité totale de sa femme, Raoul n’essaiera pas de lui révéler ce grand changement, sa réelle identité, mais il s’emploiera plutôt à la rencontrer sous les traits de Roland, sa nouvelle apparence. Il entendra alors parler de lui (Raoul) par sa femme s’adressant à lui (Roland).

On aimerait parfois être une « petite souris » pour assister à telle ou telle conversation dont on est le sujet. Pour vérifier ce que les gens pensent vraiment de nous, ou du moins ce qu’ils en disent. « Petite souris », c’est un peu ce qu’est Roland pour Raoul, mais version humaine. Pour autant, on aimerait beaucoup moins rester à l’état de « petite souris », ne pas retrouver son apparence première nous empêcherait en fait de vivre notre vie.

Une pointe de fantastique pour une histoire très psychologique, dans le Paris des années 40. Expérience troublante inventée par Marcel Aymé en 1941 et  joliment illustrée par Cyril Bonin 70 ans plus tard. . La Belle image, Belle réflexion sur l’identité, l’apparence et les choix de vie.

 

Publicités
Posted in: Lecture