Women are heroes, et JR aussi

Posted on 13 janvier 2011

1



Ces héros, ce sont d’abord des femmes d’Inde, du Kenya, du Cambodge ou encore du Brésil, à qui la vie n’a pas fait de cadeau : agression, répudiation, prostitution, exclusion, mais qui sont encore debout et qui luttent.

Face à la caméra, ces femmes délivrent des témoignages sous forme de confidences très intimes, sur leurs conditions, histoires, ou passés, chez elle, dans leur environnement quotidien.  Vous pensez : Oh, nan, encore des témoignages glauques de femmes battues !!! Oui, il y a notamment des témoignages de passage à tabac, notamment, mais reconnaissez qu’on ne peut rester indifférent. C’est trash, mais quelle ténacité elles ont, ces femmes ! Le plus saisissant reste leurs photographies. A la demande de JR, notre autre héros, ces femmes offrent leur joie, leur volonté, leur énergie à travers ces clichés. Et c’est l’utilisation originale de ces photographies qui rend la démarche de JR percutante.

Ces portraits, tirés en très, très, très grand format, viennent alimenter un véritable musée à ciel ouvert. De Rio à Delhi, et avec le soutien des riverains, les yeux, les visages de ces « combattantes » réinvestissent la rue, s’affichent avec une fierté contenue mais légitime, aux yeux de tous, et surtout des hommes (qui peuvent être des héros aussi, bien sûr).

Le film expose la démarche de l’artiste JR. C’est un photographe, un artiste, ce n’est pas un politique, ni un médecin humanitaire, ni un journaliste. C’est un artiste, mais un artiste de la rue, donc forcément plus sensible/sensibilisé à la vie en société, qu’un artiste autiste qui ne sort jamais de son atelier. D’un projet artistique, le projet prend ainsi de l’ampleur et sa beauté dépasse le simple registre esthétique ou monumental. Il devient global. Le film l’est aussi. Pourquoi ?

Parce que c’est hyper-esthétique, mais cela véhicule aussi un profond message social et humain.

C’est de l’intime, mais c’est aussi du collectif à large échelle, celle du monde.

C’est triste dans les témoignages de malheurs, c’est fort et plein d’espoir dans la fierté de combat et le changement de regard.

C’est un processus, mais c’est aussi un résultat tangible, et ultra-visible.

C’est la démarche d’un artiste, mais c’est aussi l’implication des populations.

Favela à Rio

Démesure saisissante

Version couleur pour le festival Holi en Inde

Des portraits mobiles et multiples grâce au train. Une de mes scènes préférées.

et en plus, c’est Massive Attack qui nourrit la BO !

On ressort émue, c’est sûr, mais pas triste. Non c’est beau, et ce, dans tous les sens du terme.

Changer la vision pour changer la vie… JR, je te suis !

————————————————————–

« Women are heroes », de JR. Sortie en salles le 12 janvier 2011. Bande-annonce :

Publicités
Posted in: Ciné