Gravilliers : Grave, faut y aller !

Posted on 6 septembre 2010

5



C’est la conclusion à laquelle je suis arrivée, depuis longtemps maintenant, mais tout n’était pas gagné d’avance…

La première fois que j’ai entendu ce nom de rue des Gravilliers, c’était dans un reportage « Envoyé spécial » qui dénonçait les « appartements-ravioli« , ces 2-pièces insalubres où « étaient » confectionnés les nems poulet et autres beignets de crevettes, servis dans les restos asiatiques de Paris. Le reportage pointait sérieusement cette rue du 3ème comme l’épicentre du manque d’hygiène et comme le responsable de nos indigestions asiatiques. Donc rien de très séduisant.

La deuxième fois, c’était pour aller siroter un cocktail à l’Andy Wahloo, à l’occasion d’une sortie after-stage. Ah, donc tout n’est pas chinois dans cette rue, on peut aussi trouver un bar pop-marocain qui sert de très bons Mojitos. « Pas si inintéressante cette rue, on reviendra sûrement ! ». Ce fut vrai.

La troisième fois (ou devrais-je dire la troisième phase de découverte de cette rue), ce fut pour découvrir que ma nouvelle demeure se trouvait à une encablure de cette fameuse rue. Sortir dans son « block » (et y trouver de bonnes adresses) réjouit, vous le savez. Comme si cette donnée justifiait enfin votre loyer déraisonnable. Partons donc à la découverte du quartier. On a outrepassé l’étape du restaurant couscous 404, encore jamais testé (inexcusable argumentaire). Quelques temps (années) après l’emménagement, ouvrit l’étrange « Derrière ». Le « Derrière » donc, comme son nom l’indique n’a pas pignon sur rue mais se situe en arrière-cour, et c’est celle de l’Andy Wahloo ! La particularité du restaurant réside davantage dans son agencement et sa déco que dans sa cuisine. On y va davantage pour l’expérience spatiale et visuelle que gustative, quoi je ne dis pas que les plats ne sont pas bons, ils relèvent d’une cuisine typiquement familiale (Joue de boeuf en cocotte, poulet fermier, gibelotte de lapereau…). Cuisine familiale, parce que l’expérience, c’est que vous pénétrez dans une maison de famille : entrez en longeant la cuisine, contournez la table de ping-pong, et installez vous où bon vous semble (euh non, là où le serveur veut bien vous placer !). Si vous êtes nombreux, dans la salle à manger, une grande table conviviale vous accueille. Ou dans la salle TV, pour un dîner sur table basse, façon plateau-télé. (Pas le top avec le type de plats servis). A l’étage, vous pourrez même « manger au lit ». Post-souper, vous pourrez emprunter le couloir, jusqu’à l’armoire. Attention, SPOILER !!!! Si vous voulez découvrir par vous même ce que recèle cette armoire, passez direct au paragraphe suivant. Donc, pour ceux qui ne résistent pas à la lecture, au bout du couloir, une grande armoire avec miroir, ouvrez l’armoire, rentrez-y, poussez le fond, et vous y découvrirez un grenier-fumoir des plus agréables. Oubliez les cattle box souvent mises à dispo des fumeurs, c’est un véritable salon dans lequel vous pourrez déguster votre cigarette.

4ème phase. En l’espace de quelques mois (2009-2010), sans doute attirées par le succès des 404, Andy Walhoo et Derrière, d’autres adresses « ni-restaurant-chinois – ni-magasin-de-vente-en-gros », ont ouvert. A noter le très healthy food Bob’s Kitchen (au n°74), avec ses divers smoothies, bagels et son délicieux Veggie Stew (comprenez ragoût végétarien), à emporter ou à apprécier sur place lors d’un brunch ou déjeuner.

Autre adresse, qui est devenue notre favorite, la Trinquette. Déjà, rien que le nom invite à la découverte apéritive. Encore faut-il avoir les yeux bien ouverts…

Baleine sous Gravilliers ?

Bar à vins presque indécelable lorsque l’on passe devant, caché derrière la vitrine de l’ancien magasin de cannes et manches de parapluies. Encore un speakeasy ? Non. Non seulement l’atmosphère n’est pas la même qu’à l’Expérimental (qu’on adore), mais surtout la carte est totalement différente, plus tradition et terroir. C’est un bar à vins, pas un bar à cocktails. Des vins du Languedoc et des ardoises Fromage/Charcut/Olives, une association trop franchouillarde ? Terroir certes mais séduisant, car tout en raffinement. Les 3 patrons trentenaires sont accueillants, pas du tout bégueules et arrivent à vous dégoter le vin que votre palais cherchait sans que vous n’arriviez trop à le définir.

Bref, très facile de faire toute votre soirée dans cette partie de la minuscule rue des Gravilliers, coincée entre la rue Beaubourg et la rue de Turbigo. 19h00 : apéro à la Trinquette au n°67, 20h30 : dîner au Derrière et un last drink-dansant chez Andy Walhoo au n°69.

Et comme la soirée vous aura tellement plu, vous reviendrez pour un brunch le lendemain à Bob’s kitchen !

A bientôt dans le quartier !

Publicités
Posted in: Bars & restos