Toy Story 3, introduction inattendue aux dictatures

Posted on 4 août 2010

1



Ah, nostalgie et joie de retrouver animés à l’écran nos jouets d’enfance. Surtout que cette année Barbie et Ken sont de la partie ! Yeee – ha !

Mais c’est aussi, avec ce 3ème opus, l’occasion d’aborder les systèmes totalitaires. Plutôt inattendue, non?

Explication :

Woody, Buzz et les autres jouets sont définitivement délaissés par l’ado en partance pour l’université. Ils se retrouvent à la crèche du coin, qui sous ses premières apparences, semble bien un paradis pour les jouets. D’autres copains jouets qui les accueillent avec joie,  et surtout des gamins qui n’ont qu’un seul souci : jouer avec les jouets! C’est la vocation d’un jouet, et nos amis animés s’en réjouissent. Avant de découvrir qu’ils sont affectés à une autre partie de la crèche où les enfants les maltraitent, et que l’établissement est sous le contrôle d’un patriarche-peluche qui sent la fraise, et qui impose un régime totalitaire terrible.

S’en suit une description du système  : les couvre-feus, la surveillance générale, le chantage, l’incarcération et les brimades des rebelles (Oh, pauvre Chatter Téléphone torturé), les lavages de cerveau (reboot de Buzz)…

les tentatives pour le déjouer, et les possibles explications à l’attitude du tortionnaire. Il a été abandonné par une enfant, d’où un profond ressentiment quant aux enfants et une désillusion totale sur la vocation des jouets. Mouais, et bien ce n’est pas une raison pour persécuter tout le monde (des jouets).

Je ne sais pas ce qu’un enfant pourra en comprendre et en retenir à l’issue de la séance, mais comme la Ferme des animaux, de G. Orwell, permettait de sensibiliser et d’ouvrir un débat, on pourra très bien engager une bonne discussion, en glissant du coffre à jouet à la dénonciation des totalitarismes modernes. Sans obligation, bien sûr, mais l’occasion est là.

PS :

Mention spéciale à Buzz en latin lover et à Ken (Je savais bien que t’étais une grande folle au fond de toi)

et 3D loin d’être indispensable.

Kad et O, vos explications version jouets de l’actu dans l’émission de Delarue me manquent.

Publicités
Posted in: Ciné